Présentation du profil d’application / Anne-Claire Bernaudin et Emilie Romand-Monnier

4 05 2009

Basé sur les travaux de GTAO groupe Métadonnées, ce travail a abouti à la construction d’un modèle d’application spécifique respectant le coeur de métadonnées de HAL, et après qu’une série de besoins particuliers aient été identifiés au préalable. Le point de départ est un profil d’application Dublin Core (ledit Dublin Core s’étant révélé trop limité en tant que tel).
Anne-Claire Bernaudin présente ensuite les grands principes sur lesquels repose le DCMI-AM, modèle abstrait qui apporte au Dublin Core de quoi gérer des entités complexes.

Daniel Bourrion

Ecouter Anne-Claire Bernaudin et Emilie Romand Monnier





GTAO : les travaux du groupe Métadonnées / Jean-François Lutz

4 05 2009

Après un bref retour sur la constitution du groupe de travail « Métadonnées » au sein du GTAO, Jean-François Lutz a présenté les travaux et réflexions menés par le groupe :

Le travail sur la chaîne des AO à partir de la relecture du coeur de métadonnées de HAL a permis d’élargir la réflexion sur les interactions entre HAL et systèmes locaux :  quels sont les besoins des systèmes locaux, au-delà de ce cœur de métadonnées, qui pourraient y être intégrés ? L’étude de différentes solutions mises en oeuvre à l’étranger (notamment UKOLN) a nourri cette réflexion, qui a abouti au profil d’applications AI-HAL.

Le groupe s’est également intéressé à la question de l’archivage pérenne : c’est un sujet crucial et central, une problématique qui dépasse les seuls bibliothécaires ou documentalistes et intéresse aussi les enseignants-chercheurs, notamment en ce qui concerne les thèses (ou les documents n’entrant pas dans la politique éditoriale de HAL). Elle fait cependant  entrer en jeu des technologies qui dépassent le cadre d’un établissement, et doit se penser au niveau national.

Globalement, les membres du groupe ont pu constater plusieurs choses :

– une archive ouverte est d’abord un enjeu politique : la nécessité d’une politique d’établissement est essentielle pour la réussite de ce type de projet, et le travail de communication et de sensibilisation vers les communautés prime sur les aspects techniques.

– plusieurs niveaux d’archives ouvertes peuvent cohabiter en complémentarité (archive locale et archive thématique) ; les technologies permettent une certaine variété de solutions, comme par exemple le moissonnage d’archives pluridisciplinaires par des moteurs disciplinaires

– on s’oriente vers une plus grande ergonomie des systèmes, dans un souci de faciliter les choses pour le déposant : preuve en est le développement de standards de webservices, qui permettent notamment le dépôt depuis les outils de traitement de textes (SWORD).

Marlène Delhaye.

Ecouter Jean-François Lutz





GTAO, le « Zoom établissements » : Table-ronde / Marie-Luce Rauzy ; Silvio Carella ; Jean-Marie Le Béchec

19 04 2009

(Après un tour de table de présentation des divers intervenants,
impliqués dans trois projets sur lesquels le GTAO met le focus,
échanges de questions/réponses avec la salle)

  • Question de J. C. Guédon : demande si des liens ont été noués avec PKP ou autre ; évoque Scielo, OJS, l’outil de PKP, qui pourrait être intéressant.

S. Carella n’est pas certain que l’outil soit utilisable en tant que tel du fait des particularités dans chaque discipline. J.C. Guédon pense qu’il faut entrer dans les projets pour les faire évoluer dans la direction des besoins. M.L. Rauzy  rappelle alors les divers contacts qui ont été pris au long du projet de Nice, en particulier Erudit& Lodel.

  • Question C. Bruley : Constitution des équipes-projets, coûts ?

J.M. Le Béchec précise que le budget en tant que tel n’est pas très important (outils libres, etc. ou déporté vers autres services – DSI) mais rappelle l’importance des moyens humains. 100 thèses/an = un BAS ETP. S. Carella revient sur la question des RH : il faut des moyens humains ‘constants’ pour faire tourner ces outils et maintenir le service (technique, formation, etc.). M.L. Rauzy donne le chiffre de 120 000 euros sur BQR contrat 2002/2006 avec RH contractuels & 1,5 ETP dans le SCD. Là encore, deux questions se posent : quelle pérénnité, quelle mutualisation ? L. Klee intervient pour souligner le soutien fort de la présidence (création d’un poste IGE)

  • Question : quid de l’intégration dans les politiques d’établissement ?

J.M. Le Béchec : projet mis au contrat quadriennal, forte visibilité des projets au sein de l’établissement ; même chose pour S. Carella et M.L. Rauzy

  • Question : Quelle a été la position des chercheurs au local ?

J.M. Le Béchec souligne l’importance de la formation et de l’information, de l’approche des chercheurs, des labos, etc… et la nécessité de préparer des argumentaires et des réponses (droit d’auteur, etc.) pour montrer comment l’AO peut servir le chercheur. Il faut discuter, expliquer, faire que le dépôt en AO devienne autre chose qu’une contrainte. S. Carella met en avant l’importance d’une offre de services et de « gadgets » (module d’aide à la gestion de colloques) autour de l’outil pour le rendre intéressant et utile au quotidien pour le chercheur. Il faut travailler aussi l’ergonomie, limiter la saisie à une saisie unique.

  • SCD Limoges : quid du cas où les administratifs déposent ?

J.M. Le Béchec répond que les dépôts sont effectués parfois par des moniteurs mais que cela importe peu s’il y a validation ultérieure par un professionnel de l’information afin d’assurer la qualité. Pour S. Carella, l’impossibilité de trouver des RH au SCD induit que le dépôt se fait nécessairement par des « non-professionnels », ce qui est d’ailleurs l’un des principes des AO (auto-archivage). Par ailleurs, le système SYMPA est en train de modifier les choses puisque le chercheur publiant est impliqué par le système au niveau de l’allocation de ses moyens.

S. Maloteaux prend également la parole pour souligner la nécessité d’une communication permanente vers les labos, les chercheurs, les instances. Et pour rappeler que la formation importe, d’autant qu’elle est un investissement à long terme.

Daniel Bourrion.

Ecouter la table ronde





GTAO, le “Zoom établissements” : Résultats de l’enquête / Caroline Bruley

19 04 2009

Le zoom est destiné à obtenir des données qualitatives par « opposition » avec l’enquête quantitative (qu’il conviendrait de reconduire régulièrement pour qu’elle puisse servir d’indicateur) menée par ailleurs par le GTAO, qui a montré que le tiers des établissements ont un projet AO en cours, mais que les dépôts restent assez peu satisfaisants.

Trois projets ont été ainsi détaillés afin d’essayer de déterminer leurs particularités. Les points de convergence des trois zooms sont :

  • La présence d’un ou deux services locomotives (rôle central des SCD souvent mais aussi Service Recherche et/ou CRI)
  • Une méthodologie de projet, avec réflexion préalable ou mise en place rapide puis ajustements à mesure
  • Une évolutivité/réactivité, tant politique que technique.

Daniel Bourrion.

Ecouter Caroline Bruley





GTAO : les travaux du groupe Communication / Florence Rivière

19 04 2009

Après un rappel historique sur la constitution du GTAO et la manière dont les groupes de travail s’articulent, retour sur le groupe Communication, ses actions, ses objectifs (sensibilisation du public aux enjeux et problèmes liés aux AO, réponses à des questions précises via la FAQ).

La présentation s’oriente ensuite vers une découverte en ligne et en direct du site web (complémentaire du site web du COST) issu des travaux du groupe avec présentation de sa structure, des options choisies, et des perspectives d’évolution du site.

Daniel Bourrion.





Introduction générale aux deux journées / Geneviève Gourdet

19 04 2009

Après un rappel de l’intérêt que Couperin porte aux AO, rappel de la journée d’études d’il y a deux ans, et des enseignements qui ont été tirés d’icelle. Indique que ces deux journées ont été pensées autour de deux approches : la première journée se concentre sur des thématiques plutôt politiques  ; la deuxième journée sera plus technique. Pour la première journée, et dans une optique d’articulations, Geneviève Gourdet souligne l’importance de témoignages « étrangers » afin d’ouvrir vers des perspectives internationales.

Revient ensuite sur les volontés initiales de l’implication de Couperin dans les AO, et fait remarquer que le GTAO nétait prévu que pour durer deux ans, ce qui dénotait peut-être un trop grand optimisme. Quoi qu’il en soit, le GTAO vivant ses dernièrs heures en tant que tel, ces deux journées sont à la fois un bilan conclusif, et doivent relancer les énergies et les structures.

Daniel Bourrion.